Woods
Sacred Bones Records , Woodsist , Shrimper
News
Woods - City Sun Eater in The River of Light
Indie
"City Sun Eater in The River of Light"
Après With Light and with Love sorti en 2014, les prolifiques Woods annoncent leur 9e album. “Woods ont toujours été experts pour distiller des moments de vie en morceaux de folk psychédélique qui existent hors de tout temps ou lieu tangible.” Peut-être que ces instants étaient ensevelis sous la manipulation de cassettes ou de bidouillages drum-and-drone, ou peut-être qu’ils étaient enveloppés dans le chant falsetto de Jeremy Earl ; mais après une impressionnante discographie de huit albums, Woods affinent et peaufinent leur son à travers City Sun Eater in the River of Light, le second enregistré dans un vrai studio. C’est un album dense, rempli de guitares ondulantes et de cuivres luxuriants, animé par l’anxiété de l’état du monde. Vous reconnaissez toujours Woods, mais ils baignent désormais dans le jazz éthiopien défoncé, s’influençant discrètement de Brown Ri...
En savoir plus
Articles
Indie
"Find Them Empty"
En savoir plus
Woods - Sun and Shade
Indie
"Sun and Shade"
Sixième album du groupe en six et toujours cette même exigence crée la chanson pop idéale ! « Magistrale, l'ouverture Pushing Only est archétypale : à la fois follement entraînante, délicatement malicieuse mais d'une facilité paresseuse, elle sonne comme un idéal pour tous ces groupes discrètement géniaux (de Real Estate à Beach Fossils en passant par Ducktails) qui, entre les labels Woodsist et Captured Tracks, se disputent (gentiment, bien sûr) cette même immédiateté champêtre et indolente. Il semble en effet que Woods a peaufiné tous les aspects de son style : jamais Jarvis Taveniere n'a aussi bien chanté de son fausset fragile (qui soutient, quasiment à lui seul, la magnifique épure de Wouldn't Waste) ; jamais leurs guitares – toujours ciselées à merveille chez eux – n'ont paru si variées et inventives (les motifs changeants de What Faces The Sheet, la sautillante Who Do I Think I Am?) ; et les passages plus abstraits (les dix minutes de Sol Y Sombra et les sept de Out Of The Eye) déballent un krautrock exemplaire qui ne cède jamais à la tentation de l'hypnose mécanique. Sans audace, tout y respire la justesse, l'humanité, la modestie, mais c'est après tout par ces chemins de traverse que Woods s'est imposé, au fil des années, comme un groupe essentiel....
En savoir plus
Woods - Bend Beyond
Indie
"Bend Beyond"
Pour leur 7ème album "Bend Beyond", les new-yorkais de Woods ont adopté une teinte plus sombre. Non pas que les albums précédents aient été lumineux ou légers… les paroles restent très denses et profondes et le falsetto de Jeremy Earl tout à fait poignant. Aujourd’hui, le groupe se laisse envahir par cette noirceur souvent présente dans leur œuvre. Collision d’instruments apocalyptique, désespoir sincère et violent dans les paroles, il s’agit d’un réel tourbillon émotionnel qui tourmente et emporte chaque morceau. Edition vinyle limitée, pochette gatefold, coupon MP3 incl...
En savoir plus
Woods - At Echo Lake
Indie
"At Echo Lake"
Cinquième album. Sort sur le label du chanteur et compositeur du groupe Jeremy Earl. "Plus mélodique que Sebadoh ou Jad Fair, Woods s’acoquine à nouveau au bidouilleur de cassettes G. Lucas Crane (Suffering Season) et à Matt Valentine (Time Fading Lines) pour un résultat que ne renierait pas Grandaddy et Jonathan Richman en personne&qu...
En savoir plus
Woods - Songs of Shame
Indie
"Songs of Shame"
‘To clean’, en ouverture, c'est Pavement jouant les Mamas and Papas, et c'est drôlement terrible. La candeur vintage, l'enthousiasme hippie, la félicité mélodique, les chorus solaires à voix multiples, harponnés par des slackers et triturés par un modèle de guitare souillon, en 2 minutes 17 de bonheur carabiné. Woods reprend la main dès le morceau suivant, sur un tempo ralenti, et impose sa franche singularité. Même solo ébréché. Mêmes choeurs. Même batterie monotonique au son de caisse claire fabriquée avec un bidon. Même captation home made par des micros au bord de la saturation. La candeur est sixties.. La voix si haut perchée, digne d'un shoot d'hélium. Un naturel déconcertant. Qu'est-ce que Woods ? Une façon significative d'attacher l'auditeur. Une écoute égarée. Un émerveillement. Cette musique, c'est comme de partir motivé en trekking et de se retrouver à chasser les papillons, totalement paf et enchanté. Terrib...
En savoir plus
Woods - At Rear House
Indie
"At Rear House"
Woods (Jeremy Earl et Christian DeRoeck) est un groupe de folk rock américain. « At Rear House » est leur quatrième album. Jeremy Earl a également créé les labels Fuck It Tapes et Woodsists....
En savoir plus
Woods - How To Survive in / In The Woods
Indie
"How To Survive in / In The Woods"
Réédition du premier album de WOODS, initialement sorti en 2005 en version double cassette sur le label Fuckittappes, How to Survive in / In The Woods est alors enregistré dans deux chambres à coucher, sans aucune intention d’être partagé avec le monde extérieur. On y retrouve WOODS en plein délire primitif, complètement mis à nus. Ce premier essai compte treize titres folk faits maison enfin réédités en version CD....
En savoir plus
Woods - Be All, Be Easy
Indie
"Be All, Be Easy"
Woods propose un nouveau single en edition limitée, composé d'une nouvelle version de "Be All, Be Easy", sortie sur leur album Sun and Shade en 2010 et d’une reprise des Kinks "God's Children". Le nouveau batteur Aaron Neveu apparait pour la première fois sur ces chanson...
En savoir plus
Woods - With Light And With Love
Indie
"With Light And With Love"
Depuis Warwick, une petite ville perdue dans les forêts de l’upstate New York, Woods fabrique une pop chamaniste depuis quasiment une dizaine d’années. Sortant un album presque chaque année sur le propre label Woodsist (maison mère des premiers Real Estate, White Fence, The Babies…), le groupe a su se fabriquer un son, complété par la voix falsetto de Jeremy Earl facilement reconnaissable. Depuis ses débuts, Woods a évolué – de nouveaux membres, de nouvelles expérimentations sonores… Sur With Light And With Love, leur 7ème album enregistré aux studios Gary’s Electric de Mexican Summer à Brooklyn, un piano et des percussions s’ajoutent aux compositions. Il en résulte un album résolument plus « pop » et profondément psychédéliq...
En savoir plus
Inscrivez-vous à notre Newsletter
Retrouvez-nous sur
Vidéos
Alice Russell, Heartbreaker
Soul/Funk
The Brian Jonestown Massacre "Pish"
Girls Names "A Hunger Artist"
Podcasts
New Podcast!
A Fine Selection by One of Our Staff Member Marion!
Indie
Focus sur
The Brian Jonestown Massacre
Differ-ant
Panorama musical
Une sélection éclectique !